F
news
F
11.23.10
Beirut
F
F
A Guided Tour of the Hezbollah Park

South Lebanon, a two-hours ride from Beirut. The SUV drives slowly down the dried-up road. The Israeli border is close. Boards on the side of the road show the way to the now most visited cultural place in the region : Mlita, the Hezbollah Museum of Resistance.

500.000 visitors in two months

Surrounded by barren mountains, the Mlita site is 1050 meters above the sea. A giant parking lot welcomes the visitors who keep pouring in, in spite of the August heat wave. The museum opened only late last May, on a symbolical day chosen by Hezbollah to commemorate the 10th anniversary of the withdrawal of Israeli troops from Lebanon. This piece of land was first occupied by the southern neighbor back in 1982, during the Lebanese civil war. It later became a Hezbollah stronghold and more recently, in 2006, was the scene of fightings between Hezbollah and the Israeli army.

There is no doubt about Hezbollah’s ambitions of attempting a marketing coup: for visiting foreigners, the guided tours are given in six different languages. Snacks and drinking fountains are to be found every five meters. The place must be a tourist attraction before anything else, Hezbollah Hezbollah getting rid of its image as the evil terrorist group. And it works. From the beginning of the tour, our guide announces proudly that 500.000 people have already visited Mlita. This looks like an overestimated figure, in spite of the some 200.000 Lebanese who support Hezbollah.

Terrorists’ Disneyland

“You know what they call Mlita in Israel? Terrorists’ Disneyland”, our guide says with a serious face. Here, The Enemy is not someone you joke about. We enter the first room which displays relics of the Israeli occupation. Empty tuna cans, old rifles and military boots, all showcased as if they were their crown jewels.

On the left wall is a detailed account of how the Israeli army works. The guide explains to us with excitement the names and functions of the army corps. Why then, go public with such classified material? “To show the world that Hezbollah has got top secret information about the enemy’s army”, is our guide’s immediate answer. That the board has not been updated since the opening of the museum does not seem to disturb our guide’s confidence.

In his rhetoric, The Enemy is ever-present. After no more than fifteen minutes of listening to his speech, it’s hard to tell if this is the Hezbollah museum or a place dedicated to the ideology of the Israeli army. As a justification, our guide keeps repeating “You have to know your enemy”. As in all propaganda, the adversary is central and without him, the ideology cannot work. The same goes for the ever-present threat of potential future conflict.

But the first room is nothing compared to the second part of the tour. A giant sculpture entitled The Abyss seems to make both guides and local visitors proud. The crowd, with contemplation, slowly circles around it. In the midst, several Israeli tanks fixed in a sea of concrete as if stuck in mud. Between the tanks, big Hebrew letters spell out a message threatening the Israeli airplanes which often fly over South Lebanon.

In case of a conflict though, the Israeli air force will likely not read the message but rather destroy the site. A hypothesis that does not seem to bother Hezbollah, which has invested millions of dollars in constructing the museum. This way, they make clear that their confidence is stronger than ever.

The ring of Fire

After The Abyss, our guide disappears. The rest of us follow the narrow path leading to the most interesting part of the site. First stop: a little piece of dry land where former Hezbollah General Secretary, Abbas Mussawi, used to come and pray before an attack against the Israeli army. Pine trees surround his small prayer rug, next to which a Koran and an AK-47 rifle lay side by side. Mussawi was killed by an Israeli missile together with his wife and young daughter in 1992. He is now considered one of the most revered martyrs among Hezbollah supporters.

The path descends a few hundred meters until visitors reach the entrance of an underground gallery. A board outside says The Ring of Fire in English. The corridors are lined with metal, hot and narrow. We are now inside the mountain. Here, a stock of weapons. There, a kitchen. Further down the corridor, an office: roughly furnished with a wooden table, two chairs and a broken-down computer. Military jackets and guns hang on the wall.

Another corridor, pictures with framed Hezbollah benchmarks lining the walls. Mussawi again, and Iranian leaders Khamenei and Khomeini.

V for Victory

It is long since now that Hezbollah was famous only for kidnapping foreigners and organizing suicide bombings aimed at Israeli targets. Today, the party is the most influential and powerful political entity in Lebanon. Mlita is the symbol of this recent development. The infitah, Nasrallah’s formula “From the Party of God to a governmental party”, encouraged the opening of Hezbollah towards both the Lebanese society and the country’s political structures.

A few more loops and turns, the path ends and we reach the exit. Sunlight pours quietly through the branches of pine trees. The beautiful mountain view is framed by two big flags; the yellow and green Hezbollah flag and the Lebanese cedar tree, side by side. Blowing in the wind, they are attached to two big metal bars shaped as a V, symbolizing victory. How peaceful these mountains look! But for how long?

Visite guidée du Hezbollah Park

Après deux heures de trajet depuis Beyrouth, nous voici parvenu en plein Sud Liban. Le mini-van descend une route sèche. La frontière n’est plus loin. Des panneaux annoncent le nouveau lieu le plus prisé des environs : Mlita, musée de la résistance.

500.000 visiteurs en deux mois

À 1050 mètres d’altitude, au milieu de montagnes arides, un parking géant accueille les visiteurs qui arrivent par grappes sans se laisser rebuter par la canicule du mois d’août. Mlita a ouvert ses portes à la fin du mois de mai dernier. Le choix de la date est symbolique : il s’agit du dixième anniversaire du retrait des troupes israéliennes du Sud du Liban. Après avoir été occupé par l’armée israélienne pendant la guerre civile libanaise à partir de 1982, le site, un des bastions du Hezbollah, a été en 2006 le théâtre de combats contre « l’Ennemi », appellation continuellement utilisée par les guides du musée, Israël n’étant pas reconnu par la « résistance » libanaise.

L’ambition du Hezbollah de faire un coup marketing est visible d’emblée : les touristes étrangers ont gratuitement à leur disposition une batterie de guides polyglottes, maîtrisant français, anglais, allemand, espagnol, perse ou arabe. Les fontaines à eau et les stands de snack pullulent. Le site doit être touristique, le Hezbollah dédiabolisé. Et le concept marche : notre guide nous annonce avec fierté dès le début de la visite que le musée aurait déjà été visité par quelques 500.000 visiteurs. Ce qui, malgré les 200.000 partisans libanais du Hezbollah, paraît exagéré.

Le « Disneyland des terroristes »

« Vous savez comment ils appellent Mlita en Israël ? Le Disneyland des terroristes ! ». Notre guide raconte l’anecdote avec sérieux. « L’Ennemi » n’est pas un sujet de plaisanterie. Nous voici dans la pièce où trônent les reliques de l’occupation israélienne, fièrement épinglées sous verre. De la boîte de thon vide aux mitraillettes en passant par quelques bottines militaires : on nous invite à admirer le trésor du Hezbollah.

Aux murs, le gros gibier : la structure détaillée de l’armée israélienne, affichée selon un organigramme de deux mètres sur trois. Le guide nomme avec excitation les noms des différents corps de l’armée et de ceux qui les dirigent. Pourquoi avoir rendu de telles informations publiques, si elles relèvent du secret militaire ? La réponse du guide fuse, sans nuance : « Pour montrer à tout le monde que le Hezbollah détient des informations précises sur l’armée de l’ennemi ». Le fait que l’organigramme n’ait pas été mis à jour depuis l’ouverture du musée ne semble pas soulever de question.

L’omniprésence de « l’Ennemi » dans la rhétorique de notre guide est frappante. À tel point qu’à la fin de cette première partie de visite, on ne sait plus s’il s’agit d’un musée consacré au Hezbollah ou à l’idéologie israélienne. « Il faut connaître son ennemi » ressasse le guide, comme pour se justifier. Comme dans toute propagande, l’adversaire est au centre et, sans lui, l’idéologie ne fonctionnerait pas. Sans la menace constante d’un conflit non plus.

La première salle n’est rien à côté de l’ambition de ce qui suit. Une sculpture géante intitulée « L’abysse » fait la fierté des organisateurs. Les visiteurs en font lentement le tour avec une curiosité admirative. Dans une immense esplanade circulaire sont mis en scène des chars israéliens, symboliquement engloutis par le béton, sur un lit de pierres volcaniques, les pierres « les plus résistantes », précise le guide.

De grandes lettres de l’alphabet hébreu sont disposées ça et là : le message de menace est disposé en évidence, à l’intention de l’aviation israélienne. Pourtant, si des avions israéliens passent au-dessus du site, il est probable que ce soit pour le bombarder. Justement, cette possibilité ne semble pas déranger le Hezbollah, qui a investi plusieurs millions de dollars pour la construction de Mlita. Une façon d’affirmer la confiance du « Parti de Dieu » dans sa propre force.

« La ligne de feu »

Après « L’abysse », les visiteurs sont invités à suivre un sentier escarpé à flanc de montagne, sans le guide cette fois. Premier arrêt : le lieu où l’ancien secrétaire général du Hezbollah, Abbas Moussaoui, venait se recueillir pour prier avant une opération contre Israël. À l’ombre des arbres secs, un tapis de prière, un AK-47 et un Coran entourent le portrait de Moussaoui. Éminent martyr,  l’homme a été abattu par un missile israélien en 1992 avec sa femme et sa fille. C’est Hassan Nasrallah qui a pris sa succession à la tête du Hezbollah.

La descente se poursuit jusqu’à l’entrée d’un tunnel, où un panneau annonce « la ligne de feu ». Des couloirs étroits et chauds, bordés de métal, ont été creusés sous la terre. Ici, une réserve d’armes. Là, une cuisine. Là encore, un bureau, au décor rudimentaire : sur une table en bois, une lampe à huile et une carte ; à côté, deux chaises et un ordinateur d’un autre âge. Des vestes kakis et des armes à feu pendent, accrochées à un mur.

Au détour d’un couloir, des portraits de référence : Moussaoui, encore, et les iraniens Khamenei et Khomeiny. Nasrallah a déclaré avoir été très influencé par ce dernier, qu’il aurait décrit comme « la personnalité la plus digne et la plus incontestable du XXème siècle ».

V pour victoire

Le temps est loin où, au Liban, le Hezbollah était associé à une bande de fanatiques, connue uniquement pour ses kidnappings d’étrangers et ses attentats suicide contre des cibles israéliennes et occidentales. Aujourd’hui, le « Parti de Dieu » est devenue l’entité politique la plus influente du pays. Mlita en est la démonstration la plus éclatante. Leur secret ? L’infitah implémentée par Nasrallah, soit l’ouverture à la société libanaise et au système politique du pays, censée atténuer l’image menaçante du Hezbollah.

Après quelques virages encore, c’est la porte de sortie. Retour à la lumière brute. La vue époustouflante sur les montagnes environnantes est encadrée par les drapeaux du Hezbollah et du Liban. Ils flottent au sommet de deux grandes barres de métal qui symbolisent le V de la victoire. Des flancs de la montagne émane une impression de douce tranquillité. Mais jusqu’à quand ?



7 Comments

gry erotyczne, 02.24.11, 4:05 pm

This was a very interesting post!

sterydy, 02.26.11, 4:24 am

Such a good article. Well done

Basha, 02.26.11, 6:34 am

I like Oplagt

Alek Wek, 03.04.11, 1:34 pm

Great articles and nice a website design too :)

Tyson F. MGautreaux, 06.22.11, 10:12 am

Good article.

Clarence Khairallah, 08.05.11, 10:31 pm

Cool stuff here!

Ervin Lewis, 12.08.11, 1:51 am

Mauvaises nouvelles – approfondit la Syrie «mutilation mystère» …

Leave a Reply